l'aubépine

L'aubépine

Dès l'Antiquité romaine, l'aubépine a été utilisée pour éloigner les mauvais sorts et pour se protéger des maladies. A Rome , on attachait des branches au berceau du nouveau-né. Dans nos contrée, il n'y a pas si longtemps, on se servait des rameaux d'aubépine en fleur pour chasser le mauvais oeil. Les haies d'aubépines étaient censées protégées les maisons que l'on ornait d'une branche afin d'éloigner la foudre. En effet, on pensait que le diable ne pouvait frapper une plante qui avait touché la tête du fils de Dieu. La couronne d'épines du Christ sur la croix aurait été tressée d'aubépines.

Depuis l'Antiquité, l'aubépine symbolise l'innocence et la pureté virginale. On dit qu'elle est très liée aux pratiques de sorcellerie du mois de mai.

Dans le Nivernais, on fixe dans la nuit du 30 avril, une branche de celle-ci à l'entrée des écuries et des étables, afin d'empêcher les araignées dites sorcières d'y pénétrer.

La branche d'aubépine bien épointée serait souveraine contre les vampires quand elle leur transpercerait le cœur.

Au lendemain du 24 août 1572, jour du Massacre de la Saint-Barthélémy, les massacreurs commencent à s'affaiblir. Soudain, une rumeur folle se met à courir : on a vu une aubépine morte refleurir au cimetière des Innocents ! C'est un miracle ! Un signe que Dieu approuve ce que font les catholiques ! Il faut donc continuer à tuer, à tuer encore et sans cesse les "hérétiques" ! Le massacre repart. Certains curieux veulent approcher l'aubépine miraculeuse. Impossible, elle est gardée par plusieurs rangs de soldats agressifs. Tellement bien gardée qu'elle n'existe que dans la rumeur.

 

L'aubépine fleurit

L’aubépine fleurit ; les frêles pâquerettes,

Pour fêter le printemps, ont mis leurs collerettes ;

La pâle violette, en son réduit obscur,

Timide, essaye au jour son doux regard d’azur,

Et le gai bouton d’or, lumineuse parcelle,

Pique le gazon vert de sa jaune étincelle.

Le muguet tout joyeux, agite ses grelots,

Et les sureaux sont blancs des bouquets frais éclos ;

Les fossés ont des fleurs à remplir vingt corbeilles,

A rendre riche en miel tout un peuple d’abeilles.

 

 

Théophile GAUTIER

22-2.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×